• Le voyageurLe voyageur

    J'ai parcouru tant de terres
    Visité tant de villes
    Croisé mille univers
    Où les étoiles défilent

    J'ai vécu tant de rêves
    Connu tant de vies
    Où d'ardents soleils se lèvent
    Au milieu de mes nuits
     
     

    J'ai traversé tant de mers
    Couru tant de chemins
    Mêlés de sang et de fer
    Où s'ébattent hommes et requins
      
    J'ai marché sur tant de routes
    Voyagé sur nombre de nefs ;
    Du coeur de la céleste voûte
    Je vois la Terre et ses reliefs

    J'ai passé tant de ponts
    Côtoyé tant de rivières
    De diamants et d'éons
    Au rythme de mes prières

    J'ai suivi tant de voies
    A travers maints paysages
    Où je pensais être le roi
    D'un monde aux cent visages :

    Entre enfer et paradis
    Ciel bleu et gris nuages
    Pluies d'orage ou éclaircies :
    Réalités ou mirages...

    J'ai arpenté tant de rues
    Dans d'étranges cités
    Frôlé des corps inconnus
    Et des âmes esseulées

    J'ai gravi tant de montagnes
    A l'ombre des glaciers
    Battu maintes campagnes
    Sous d'obscures nuées
     
    J'ai sillonné l'Espace
    Et son vaste horizon
    Y cherchant une place
    Où inscrire mon nom
     
    J'ai foulé des contrées
    Aux allures d'Eden
     Conquis des trajets
    Entre Hélios et Géhenne
     
    J'ai fait du globe le tour
    Epique aventure
    Pris de nouveaux détours
    Jusqu'à ta belle figure

    Dès lors j'ai atteint mon but
    J'ai enfin saisi le sens
    De toute ma lutte :
    Rien d'autre qu'une danse... ;

    Je suis le voyageur
    Quérant de neufs territoires
    Aux insolites couleurs
    Auxquelles on ne peut croire

    Je suis le visiteur
    De vallées inconnues
    Où mon esprit rêveur
    Se jette à corps perdu

    En quête d'éternité
    Où résident les vraies valeurs
    Dont je serai le messager
    Car je suis... le voyageur !

    Richard MAGGIORE
    Texte paru dans la revue "Vent d'Autan poétique",
    Décembre 2004.

    votre commentaire
  •  

    Dans le cadre de la 16ème édition du Printemps des Poètes, voici un texte que j'ai rédigé illustrant le thème de cette édition 2014 : "Au cœur des arts". Évoquant une partie du corps qui a toute son importance chez les artistes, et autres créateurs.

     

     

    MAINTES MAINS

     

    Des mains qui dessinent

    Formes élancées

     

    Des mains qui sculptent

    Courbes épurées

     

    Des mains qui composent

    Poèmes et portées

     

    Des mains qui devinent

    Matières et objets

     

    Toutes ces mains

    De créateurs

    Qui plongent au cœur

    Des arts divins

     

    Des mains qui peignent

    La vie en couleurs

     

    Des mains qui rythment

    Les pas du danseur

     

    Des mains qui cousent

    Sur l’habit une fleur

     

    Des mains qui portent

    La voix du chanteur

     

    Toutes ces mains

    De façonneurs

    Qui savent si bien

    Créer du bonheur

     

    Des mains qui unissent

    Le métal et l’or

     

    Des mains qui épousent

    Les contours d’un corps

     

    Des mains qui mélangent

    L’orge et le blé

     

    Des mains qui arrangent

    D’un geste le drapé

     

    Voici les mains

    D’auteurs et d’artistes

    Maintes mains

    Qui au temps résistent

     

    Voici les mains

    De celles et ceux qui sans fard

    Arpentent le chemin

    Qui mène au cœur des arts.

     

    Richard MAGGIORE

    Publié dans le recueil collectif 2014 de la S.P.A.F. Midi-Pyrénées.


    votre commentaire
  •  L'arbre et la forêt

    Je suis comme cet arbre
    Qui jamais ne ploie
    Lorsqu'en ces temps barbares
    La tempête s'abat

    A la surface d'un monde
    Frappé de mille effrois
    Quand l'orage gronde,
    Notos et Borée se déploient

    Soufflant parmi les forêts
    D'une Terre en mutation
    Semant désordres et regrets
    Au milieu des tourbillons
     
     

    Qui entraînent les hommes
    Vers leur ultime demeure :
    Bienvenue au royaume
    De Thanatos et de ses soeurs

    Qui président à la destinée
    De toute l'humanité
    Nos vies sont leur territoire :
    On les nomme les Moires ;

    Je suis comme cet arbre
    Qui reste enraciné
    Malgré les coups de sabre
    Que les vents ont pu lancer

    A travers les grandes plaines
    De nos existences
    Jetant souffrances et peines
    Dans leurs macabres danses

    Emportant vers l'obscurité
    Ceux qui n'ont su résister
    Aux assauts de Typhon
    Rugissant tels cent lions

    Me laissant, dès lors, seul, dressé
    Près de ces champs dévastés ;
    Car à ces frêles forêts-là
    Je n'appartiens... toujours pas !

    Richard MAGGIORE
    Extrait de mon recueil "Mémoires d'ombres et de lumières",
    Copyright 2001.

    votre commentaire
  • SALON DU LIVRE DE SOREZE

    Fin 2012, l'art et ses multiples facettes ont été mis à l'honneur par la S.P.A.F. Midi-Pyrénées dans le cadre du 7ème salon du livre organisé à Sorèze, dans le Tarn (81).

    Lien internet vers un article de presse paru à cette occasion :

    La S.P.A.F. Midi-Pyrénées au 7ème salon du livre de Sorèze


    votre commentaire
  •  
    La Vérité

    Le monde est une équation
    L'équation est un monde
    Où chaque opération
    Se révèle féconde

    Alignements chiffrés
    De codes fertiles
    D'où sortent armés
    Les principes mobiles

    D'une réalité
    En constante évolution
    Mais néanmoins figée
    Dans son énumération,
     
    Ainsi tout se meut
    Au sein d'une étendue statique
    Servant de base au jeu
    Des variations cycliques

    Programmées dans leurs fonctions
    Par le calcul systématique
    Engendrant mes actions
    A l'échelle cosmique,

    Elaboration logique
    D'un mouvement total
    Où la part statistique
    Rejoint l'ordre fatal

    Du traitement universel
    De toutes les informations
    Issues pour l'essentiel
    De la même organisation

    Des schémas numériques
    Auxquels sont reliées
    Les règles synthétiques
    D'un espace animé

    Par des flashs hypnotiques :
    Lumières saccadées
    A la cadence électrique
    Dans un ciel étoilé

    Par la volonté unique
    De Celui qui a su créer
    Une oeuvre syncrétique
    A la couleur ignée

    Et aux flammes obliques
    Où se matérialisent
    Les valeurs dogmatiques
    Suscitant l'analyse,

    Par l'usage poétique,
    De mon esprit lucide
    Auquel j'applique la technique
    De ma pensée hybride

    A la parole énergique
    Et au verbe ordonné :
    Quand le mot devient magique,
    J'atteins la Vérité

    Sur la scène d'un théâtre
    Où se bousculent des acteurs
    Dont le but est de combattre
    Le mensonge par la douleur

    Au nom d'une figure
    Paradigmatique
    Où j'apparais à l'allure
    D'un ange erratique...

    Richard MAGGIORE
    Texte paru dans la revue "Vent d'Autan poétique",
    Juin 2003.

    votre commentaire
  •  
    Les Passagères du Temps

    Et je vais prier
    Sur les tombes de celles
    Qui s'en sont allées
    Telles des hirondelles

    Fuyant des vents
    Humides et froids
    Qui glacent le Temps
    Où les Nombres sont rois,

    Et je vais déposer
    Sur la tombe d'Adèle
    Quelques fleurs coupées
    Couleur d'aquarelle
     
    Exhalant dans l'air
    Des senteurs pastel
    Au coeur des mystères
    Que l'espace recèle

    - Elles nous ont laissés,
    Phares du ciel,
    Elles qui furent si belles,
    Cybèle, Adèle,
    Qui ont ouvert leurs ailes
    S'élançant vers l'Ailleurs
    Où leurs âmes rebelles
    Danseront en choeur...

    Et je vais semer
    Au nom de Cybèle
    Mes oraisons sacrées
    En ce monde infidèle

    En proie à l'ignorance
    Qui trouble les esprits
    De millions d'hommes, en errance
    Prisonniers de leurs vies

    Plongées dans l'illusion
    D'une réalité tronquée
    Synonyme d'exclusion
    Pour des existences traquées

    Par la Garde Infernale
    Qui recouvre l'univers
    De son ombre fatale
    Où se meuvent les Passagères...

    - Elles nous ont quittés
    Etoiles jumelles
    Traversant la Voie Lactée
    Jusqu'à la Terre Eternelle
    Où les attendent, fidèles,
    Leurs compagnes d'exil
    Flammes spirituelles
    D'un feu cosmique et subtil

    Là où cohabitent
    En totale harmonie
    Planètes et satellites
    Dans un océan d'énergie :

    Astres immatériels
    Se mêlant à l'Infini
    Lors d'un élan sacrificiel
    Qui les mène au Paradis,

    Voici les Passagères,
    Les Messagères du Temps
    Qui l'ombre d'un instant
    Changent d'atmosphère

    Pour se fondre, entières,
    Dans le Cosmos illimité
    Qui sert de cimetière
    A ces lumières vénérées...

    - Ce sont les Passagères,
    Les partisanes d'un moment
    Où toutes les frontières
    Se dissolvent dans le Néant
    Laissant la place
    A un décor étincelant
    Que sillonnent, fugaces,
    Les étoiles du firmament :

    Ce sont les Passagères,
    Les Passagères du Temps !

    Richard MAGGIORE
    Texte paru dans la revue "Vent d'Autan poétique",
    Mars 2003.

     


    votre commentaire
  • Vent d'Autan Poétique (V.A.P.)

    Comme je l'ai précisé, j'ai participé durant dix ans à une revue littéraire de qualité qui proposait dans ses pages
    Revue "Vent d'Autan Poétique"
    des textes d'auteurs régionaux, choisis avec soin.
     
    On pouvait y trouver des poésies de différents styles (classique, prose, etc.), mais aussi, entre autres, des contes et nouvelles, une tribune ainsi que des textes en langue occitane.
     
     
    Revue "Vent d'Autan Poétique"
     
     
    V.A.P. était une belle revue, éditée de 1984 à 2013 sous l'égide de la délégation Midi-Pyrénées de la Société des Poètes et Artistes de France (la S.P.A.F, qui célébre en 2020 ses 60 ans d'existence). La Directrice de cette revue, durant vingt cinq ans, fut Madame Francine Aragon, qui en reprit le flambeau après la disparition de son mari Roger Aragon, poète et créateur de V.A.P.

    Revue "Vent d'Autan Poétique"

     
    Ci-après, on peut découvrir un article datant du "Printemps des Poètes" 2010, extrait du magazine municipal de la ville de Montech (où se trouvait le siège de la revue, en Tarn-et-Garonne), faisant l'historique de "Vent d'Autan Poétique" et montrant son comité de lecture, dont Mme Francine Aragon, Directrice de la revue, feu M. Claude Vernick, alors délégué Midi-Pyrénées de la S.P.A.F, et moi-même, délégué pour le département de Tarn-et-Garonne (la "S.P.A.F. 82").


    Revue "Vent d'Autan Poétique"


    1 commentaire
  • Âme soeur

    Âme soeur 

    Mon esprit se confond
    Avec le sien
    Je l'appelle, elle répond
    Au nom du lien

    Qui nous unit
    Sur le même plan
    Dans cette vie
    Après, avant
     
    De mourir, de naître
    En ce monde obscur
    Où seul paraître
    Sert de mesure,

    Etoile jumelle
    De mon existence
    D'entité rebelle
    Aux idées intenses,

    Mon âme soeur
    Toujours m'accompagne
    Vers les hauteurs
    D'une montagne

    Où l'air ambiant
    Apaise et soigne
    Ainsi tu comprends
    Pourquoi je m'éloigne

    De ces terres hantées
    Par l'ignorance
    Où ma volonté
    Est ma délivrance

    Qui me mène à elle
    Fleur de mes pensées
    Coeur fidèle :
    Mon astre, ma moitié.
     
    Richard MAGGIORE
    Extrait de mon recueil "Mémoires d'ombres et de lumières",
    Copyright 2001.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique